Design de combinaisons

Processus de conception

Dans les années 1930, 1940, l’armée a lancé la conception de combinaisons pour que les plongeurs puissent rester plus longtemps dans l’eau. DuPont a rendu tout cela possible à l’époque grâce à l’invention de la mousse néoprène. Même si depuis le design a beaucoup évolué, une combi se doit toujours de cocher les cases requises pour être un bon produit. Un mélange de style, d’élaboration, forme de patron, forme de panneaux, d’épaisseur, de type de néoprène, de qualité, de souplesse, de confort, de couleur, de coutures, de système de fermeture… la liste est longue. Et tous ces facteurs influencent bien-sûr le prix du produit final. Qu’est-ce qu’un bon design de combi? Un design qui combine tous les critères cités ci-dessus mêlés à une coupe fonctionnelle et un choix rigoureux des matériaux.

Recherche et types de combinaisons

Avant toute chose, le designer doit définir le type de combinaison qu’il veut concevoir. Dans notre cas, nous avions choisi une 5/4mm chest zip haut de gamme. Puis nous avons fait une étude de marché pour nous assurer que notre produit serait compétitif concernant ses performances, ses caractéristiques et bien-sûr son prix.

Agencement des panneaux et coupe de la combinaison

Pour concevoir la combinaison ultime, nous avons combiné un design optimal aux bons matériaux. Le processus commence par une ébauche plaçant les coutures, sur papier, à la main, ou par ordinateur. Après cela l’esquisse se transforme rapidement en un design 2D ou 3D. Celui-ci permet alors de visualiser la combinaison et sa composition sous différents angles. On place ensuite le zip, le logo et les caractéristiques principales.

SRFACE wetsuit with sealed outside seams closeup

Placement des coutures

Le placement des coutures définit la disposition finale des panneaux de la combi et son look. A la base, les coutures ne sont pas là pour faire joli, elles sont fonctionnelles; mais elles peuvent finalement avoir un impact sur le style. Ces coutures sont placées stratégiquement pour éviter les irritations et les restrictions de mouvements. Elles dessinent l’agencement des panneaux et délimitent les différentes épaisseurs de néoprène utilisées dans la combinaison: plus fin pour les zones nécessitant de la souplesse comme le dessous des bras et plus épais pour le buste, le dos et les cuisses qui ont besoin de chaleur. Personne, a priori, n’achète une combinaison parce qu’il la trouve moche, donc le look a quand même de l’importance, mais si elle bien conçue, le style va de paire avec la fonctionnalité.

SRFACE wetsuit inside neotape seam with melco reinforcement dot

Sélection des matériaux

Après avoir peaufiné l’agencement des panneaux de néoprène et le look, il est temps de sélectionner les bons matériaux pour la combinaison. Il existe énormément de types de mousse néoprène, de doublures intérieures et extérieures. En général, le principal critère de sélection est le calcul du prix final. Les combis haut de gamme sont faites de mousses néoprènes et de doublures extrêmement souples, douces et légères. Puis vient ensuite le choix de la couleur, naturellement on a tendance à se diriger vers le noir car il absorbe la chaleur provenant du soleil.

SRFACE wetsuit kneepad with sealed seams closeup

Confection des coutures

Après cela, on passe à l’élaboration des coutures. Une combinaison d’hiver basique a des coutures extérieures à points invisibles collées (GBS) sans renforcement spécifique. Une combinaison haut de gamme quant à elle aura un revêtement en caoutchouc liquide pour sceller ces coutures. On peut ensuite ajouter une bande de néoprène à l’intérieur pour une consolidation supplémentaire et pour éviter les irritations sur la peau. Enfin sur les points de forte tension, là où plusieurs coutures se rejoignent par exemple, on colle un ultime renfort.

Patrons de combinaisons

Le template utilisé pour découper plusieurs panneaux d’une seule et même feuille de néoprène est appelé patron. Ce patron détermine le placement des coutures et l’agencement des différents panneaux entre eux. Dans un premier temps, un designer est chargé de dessiner ce patron sur ordinateur puis il transfère cette version digitale sur du papier qu’il coupe en morceaux. On utilise enfin ces bouts de papier pour créer les panneaux de néoprène qui composeront la combinaison.

Decoupage efficace

On calcule le taux de rendement d’une feuille de néoprène en y posant à plat tous les panneaux d’une combinaison. Cela détermine la meilleure façon de les positionner pour qu’après la coupe il y ait le moins de chutes possibles. Si le patron est complexe, il y aura de la perte, s’il est simple et rectangulaire il y en aura moins. Il faut donc trouver le bon équilibre tout en prenant en compte le design des coutures et le prix. Une combinaison avec moins de coutures aura moins tendance à créer des irritations et aura moins de potentielles entrées d’eau. Mais qui dit moins de coutures dit panneaux plus grands, patrons plus complexes et plus de chutes après la découpe. Si on utilise des panneaux plus petits, on a moins de perte mais plus de coutures, plus de temps de travail pour assembler la combi représentant un coût supplémentaire… d’où l’importance de trouver la bonne balance.

La combinaison ultime

Pour créer la combinaison ultime il faut trouver l’équilibre idéal entre le placement des coutures, l’agencement et la taille des panneaux de néoprène. Le design du produit final est adapté en différentes tailles grâce à nos concepteurs de patrons, nous nous assurons que chaque taille aille parfaitement à chaque morphologie.

Prototype

Un fois le concepteur satisfait du design final, des couleurs, du placement des coutures et des logos, la phase de création du prototype peut commencer. Le designer et le fabricant restent en contact pour discuter d’éventuels changements, d’ajustements, et s’assurer que le prototype sera prêt pour être produit en gros.

Wetsuit pattern size adjustment pencil marker

Phase de test

La phase de test peut commencer pour notre prototype. Premièrement, on l’enfile sur un mannequin simplement pour contrôler que la coupe et la taille soient conformes. En fonction des observations on confirme la coupe ou on note des changements à lui apporter. Deuxièmement, le prototype est testé dans l’eau dans différentes conditions. On recherche d’éventuelles entrées d’eau, des excès de matière, des zones de tension ou d’inconfort… Troisièmement, c’est le test de longévité pour s’assurer que la combinaison résiste dans le temps. Tous les retours sont collectés et discutés avec le designer qui peaufine alors le patron. Les éventuelles mises à jour du design sont ensuite soumises à l’usine qui produit un nouveau prototype. Celui-ci passe à nouveau la phase de test, et ainsi de suite jusqu’à ce que tous les problèmes soient résolus et qu’on puisse passer à la production en gros.

Surfer paddling in the snow testing a SRFACE hooded wetsuit

Confort et performances de la combinaison

On dit qu’une combinaison est performante quand elle est souple et qu’elle garde au chaud. Une combi haut de gamme se doit d’être très flexible pour ne pas restreindre les mouvements même si le néoprène utilisé est épais pour garder de la chaleur. Plus une combinaison est douce et souple plus elle est confortable mais la coupe, l’épaisseur et la conception sont des facteurs essentiels également. Le confort et les performances jouent un rôle déterminant sur la façon dont sont designées les combinaisons.

Le futur de la conception de combinaison

Comment seront conçues les combinaisons dans le futur? Elles sont parmi nous depuis des décennies et ont évolué en termes de style, de fonctionnalité et de longévité. La structure d’une combinaison porte en elle les générations précédentes qui ont été mises à rude épreuve. Vous pouvez partager votre expérience avec nous, cela nous aidera à améliorer nos produits.

Prêt à surfer

A partir de €179