Néoprène à simple vs double revêtement

Comment rester au chaud tout en se la jouant cool dans des conditions glaciales

le guide complet de la science derrière l’opposition entre simple et double revêtement néoprène et quel type de combinaison vous faut-il pour la saison

Que vous soyez un féru de combinaison ou simplement une personne qui aime rester au chaud pendant ses sessions de surf, une chose est sûre: les frissons matinaux ne sont pas très agréables… On connaît tous cette sensation. Vous vous levez tôt pour un surf à l’aube, il fait froid mais les vagues sont graves: la vie est belle. Après quelques canards, vous attendez la prochaine série et c’est à ce moment là que vous commencez à ressentir le froid. Ces frissons sont en général le résultat de deux choses: soit votre combi est trop fine pour la saison, soit le type de néoprène n’est pas adapté aux conditions climatiques du jour.

La raison pour laquelle vous avez froid lorsque vous attendez une série au large ou simplement quand êtes sur le sable après une session vient des gouttelettes emprisonnées dans la doublure extérieure de la combi. Quand votre corps est moins actif, vos muscles ne génèrent pas assez d’énergie pour le réchauffer, c’est à ce moment là qu’il se refroidit le plus vite.

Ajoutez-y les effets de conduction thermique et d’évaporation et voilà la recette parfaite pour se geler.

Conduction thermique

Les dessous de la conduction thermique

Sur une combinaison avec une surface extérieure tissée, les gouttelettes d’eau sont emprisonnées dans les mailles, ce qui permet à la chaleur de s’évacuer. En effet, le néoprène chaud conduit la chaleur vers les gouttelettes d’eau froide. Résultat, l’extraction de la chaleur vers l’extérieur refroidit votre corps à l’intérieur.

Mais ce n’est pas tout… En plus de la conduction thermique, le processus d’évaporation de l’eau prisonnière du revêtement extérieur accélère la perte de chaleur, surtout s’il y a du vent.

Pourquoi l’évaporation joue-t-elle donc les trouble-fêtes?

L’évaporation s’opère lorsque l’humidité est exposée à l’air. Ce processus peut faire chuter la température rapidement. Nous savons que l’évaporation de l’eau sur la planète forme les nuages qui sont à l’origine de la pluie, mais ce n’est pas tout…

L’évaporation désigne le passage de la forme liquide à la forme gazeuse. L’eau se transforme en gaz lorsqu’elle boue à 100°C, mais l’évaporation s’opère également à température ambiante, quand des molécules s’échappent de la surface de l’eau.

Ces particules chargées d’énergie se transforment en gaz. Elles sont propulsées dans l’air alors que les autres restent en bas à l’état liquide. Lorsque ces particules chargées en énergie s’échappent, elles extraient l’énergie de l’eau restante, la faisant refroidir. C’est pourquoi une eau à température ambiante finit tout de même par se refroidir.

De la même façon, les gouttelettes d’eau sur la surface extérieure d’une combinaison s’évaporent jusqu’à ce que celle-ci soit complètement sèche. Ce taux d’évaporation augmente quand il y a du vent ou que le taux d’humidité est bas. Donc forcément, lorsqu’il y a du vent votre combi ainsi que votre corps se refroidissent plus vite

En quoi les matériaux utilisés influencent-ils la perte de chaleur?

Voici une bonne nouvelle: la conduction thermique et l’évaporation peuvent être gérées pour optimiser la chaleur en fonction des matériaux choisis. En l’occurrence: le néoprène à simple revêtement et celui à double revêtement.

Zoom sur le néoprène à simple revêtement

Le néoprène à simple revêtement a une surface extérieure lisse qui a un aspect caoutchouteux, il est bien connu pour ses vertus isolantes contre le vent. La surface extérieure a été chauffée jusqu’à la création d’une sorte de peau rendant le néoprène plus solide et déperlant. Cette version a un revêtement jersey en guise de doublure intérieure, d’où son nom: néoprène à simple revêtement.

Zoom sur le néoprène à double revêtement

Le néoprène à double revêtement a la même doublure intérieure que celui à simple revêtement. La différence est que l’extérieur n’a pas été chauffée et possède également une doublure en jersey. Ce néoprène est donc plus résistant aux éventuelles déchirures ou coupures dues aux ongles, aux dérives, etc.

La science cachée derrière une combinaison chaude et confortable.

Le néoprène à simple revêtement serait donc potentiellement plus chaud que celui à double revêtement? Question intéressante, mais comment cela fonctionne exactement?

Dans la quête à la création de la combinaison ultime, l’équipe développement produit a passé du temps en laboratoire pour comprendre comme l’évaporation, l’isolation et la conduction thermique fonctionnaient et comment elles affectaient la chaleur corporelle. Les conclusions auxquelles nous sommes arrivés sont plutôt fascinantes…

 

Les résultats des tests

Les deux principaux panneaux en simple et double revêtement des combinaisons 5 mm ont été testé côte à côte. On commence avec une température intérieure de départ à 41°C. Une sonde est placée dans les néoprènes pour mesurer l’évolution de cette température sur la peau. Enfin, on place un ventilateur soufflant de l’air en direction des panneaux reposant dans de l’eau pleine de glaçons commençant à peine à fondre.

Au préalable, les deux panneaux de néoprène avaient bien sûr été aspergés d’eau très froide pour simuler des embruns ou un canard. La température des deux matériaux a chuté à la même vitesse dès les premiers instants. Après 4 à 6 minutes environ, l’extérieur du panneau à simple revêtement avait complètement séché. L’extérieur de celui à double revêtement est resté humide pendant les deux heures de test.

Après 6 minutes, le matériau à simple revêtement s’était refroidi plus doucement que celui à double revêtement, et cette tendance a continué pendant toute la durée du test. Après 2 heures, le simple était descendu à 21,7°C et la différence entre les deux continuait d’augmenter pour atteindre 5,1°C d’écart.

Un point important à retenir: la température du néoprène humide à double revêtement a chuté sous la température du laboratoire qui était de 23°C. Ceci s’explique par le phénomène d’évaporation qui a extrait l’énergie de la surface mouillée pendant toute la durée du test. De l’autre côté, le néoprène à simple revêtement avait séché au bout de 6 minutes, le phénomène d’évaporation s’étant stoppé, la température a baissé moins rapidement.

Test du vent

Nous avons refait le même test mais cette fois sans ventilateur. Cela montre à quel point le vent a un impact important sur le phénomène d’évaporation.

La comparaison entre les deux tests montre qu’en cas de vent nul, les deux néoprènes se refroidissent bien moins vite.

Avec ce test nous avons voulu voir si le néoprène à simple revêtement restait quand même plus chaud si les panneaux étaient aspergés de temps en temps.

Comme vu dans le précédent test , le néoprène à simple revêtement a vraiment des avantages lorsqu’il a le temps de sécher, s’il reste mouillé ce n’est pas si flagrant. En gros, si vous allez surfer, que vous ramez sans arrêt, que vous vous asseyez sur votre planche sans que le néoprène ait le temps de sécher, et bien, il n’y a pas de différence significative entre les deux néoprènes. Donc s’il pleut, c’est la même chose, mais bien que dans ce cas là le néoprène à simple revêtement ne soit pas plus performant que celui à double revêtement, il n’en est pas pire pour autant.

Simple revêtement: froid & vent

Le port d’une combinaison à simple revêtement prend tout son sens quand il fait vraiment froid. Les jours d’hiver, quand le vent est fort et que la période est longue, lorsque vous passez la plupart de la session à attendre une bonne vague. S’il y a du soleil, les performances de ce néoprène ne seront que meilleures.

Double revêtement: chaud & sans vent

En revanche, les meilleures conditions pour une combinaison entièrement faite de néoprène à double revêtement sont en été, lorsque l’eau s’est réchauffée, que le vent est faible et que vous êtes plus actif pendant la session. Dans ce cas là, une combinaison à simple revêtement n’a pas vraiment d’intérêt.

Enfin, il y a certains cas où il n’y a pas vraiment de raison de choisir tel ou tel néoprène. Quand il pleut par exemple et qu’il n’y a pas de vent. Cependant, sur le plan thermique, il y a très peu de situations dans lesquelles un simple revêtement serait pire qu’un double

Autres moyens de lutter contre le froid

L’évaporation et la conduction thermique, bien que ce soient des phénomènes sous-estimés et passionnants, ne sont pas les seuls éléments ayant un impact sur la température corporelle lors d’une session.

Il existe heureusement d’autres moyens de lutter contre l’hypothermie:

1. Ramer. Vos muscles fonctionnent comme un chauffage lorsque vous vous en servez. Ils génèrent de la chaleur quand ils sont en mouvement, ce qui affecte positivement votre température corporelle. Malheureusement, on ne peut ramer sans arrêt sans finir par se fatiguer.

2. Miser sur le noir. Le soleil peut chauffer votre combinaison, surtout si elle est noire: couleur absorbant le plus la chaleur.

3. Choisir la combi adaptée à votre région. La façon la plus évidente de rester au chaud est bien évidemment de choisir la bonne épaisseur de combinaison. Plus le néoprène est épais, plus l’isolation est bonne et moins les éléments extérieurs impactent votre température corporelle. Mais en revanche, une combinaison trop épaisse peut être lourde, inconfortable et parfois même trop chaude. Donc choisissez sagement…

4. Trouver la bonne coupe. Une combinaison bien taillée évite l’apparition de poches d’eau. Une coupe trop ajustée est toujours préférable à une coupe trop large, mais attention si vous êtes trop serré dans votre combi, elle va s’étirer et le néoprène deviendra plus fin, plus fragile et moins chaud. Trouvez la coupe adéquate à votre morphologie ici: Homme / Femme.

Pour la faire courte – notre conclusion ultime sur la comparaison simple vs. double revêtement

La combinaison d’hiver la plus chaude, restant à la fois confortable et souple, est celle ayant l’épaisseur adaptée à la région dans laquelle vous surfez. Idéalement, investissez dans une combinaison avec des panneaux à simple revêtement sur la poitrine et le dos, là où vous avez le plus besoin de chaleur et des panneaux à double revêtement dans les zones qui doivent être résistantes et souples à la fois, comme les bras, les jambes, les genoux, etc.

Si vous recherchez une combinaison pour des eaux plus chaudes, l’hypothermie ne doit pas être votre principale préoccupation. Dans ce cas, une combinaison entièrement composée de panneaux à double revêtement est ce qu’il vous faut.

Surfeurs sur l’image: @ninamoerdijk @bodirkmaat

Photographe: @janbijl

prêts à plonger dans le froid?

A partir de €179